Worldline, ancienne filiale d’Atos, va lancer une offre de rachat sur son concurrent Ingenico pour 7,8 milliards d’euros, à 81 % en actions et 19 % en numéraire.

Les actionnaires d’Ingenico recevront 11 actions Worldline et 160,50 euros pour 7 actions Ingenico.

Ce qui représente une prime de 24 % sur les cours moyens pondérés par les volumes du dernier mois, et de 16 % sur le cours de clôture de vendredi.

À l’issue de l’opération, les actionnaires de Worldline détiendront 65 % du groupe combiné et ceux d’Ingenico 35 %.

Gilles Grapinet, actuel PDG de Worldline, deviendra directeur général du nouvel ensemble et Bernard Bourigeaud, président non-exécutif du conseil d’administration d’Ingenico, en deviendra le président non-exécutif.

La fusion serait justifiée par 250 millions d’euros de synergie par an d’ici 2024.

La nouvelle entité deviendrait numéro 4 d’un secteur en pleine évolution à cause des ordiphones, et qui a déjà entamé sa consolidation : rachat de WorldPay pas FIS et de First Data Corp par Fiserv Inc.

Elle compterait 20 000 employés dans 50 pays, avec pour clients 1 million de marchands et 1 200 institutions financières.

L’offre de rachat de Worldline a été approuvée par les conseils d’administrations et les actionnaires de référence des deux groupes : Atos et SIX pour le Worldline, Bpifrance pour Ingenico.

Elle est soumise à l’autorisation des autorités de régulation.