Intel présente aujourd’hui dans un communiqué de presse des puces optimisées pour l’infrastucture 5G. Elles auraient dû être présentées au Mobile World Congress à Barcelone, mais ce dernier est annulé à cause de l’épidémie de coronavirus.

D’après Navin Shenoy, vice-président exécutif et directeur général d’Intel, l’infrastructure de réseau de la 5G représente une opportunité majeure pour le fondeur, de 25 milliards de dollars d’ici 2023.

Atom P5900. Cette gamme de systèmes sur une puce (SoC) 10 nm serait idéale pour les stations de base 5G, y compris la haute bande passante et la faible latence. Un marché estimé à 6 millions de stations de base d’ici 2024.

Nouveaux processeurs de 2e génération Intel Xeon Scalable. 50 % des déploiements de cœurs de réseaux passeraient aux réseaux virtualisés, et 80 % le deviendront d’ici 2024 d’après Intel.

Ses processeurs Intel Xeon Scalable, déjà vendus à plus de 30 millions d’exemplaires, sont en excellente position pour profiter de cette opportunité.

Les nouveaux modèles qui sont lancés aujourd’hui offriraient en moyenne 36 % de performances en plus que ceux qu’ils remplacent, et 42 % de performance par euro en plus.

Diamond Mesa. Diamond Mesa est le nom de code des puces ASIC (circuits intégrés propres à une application) pour l’accélération des réseaux 5G. Il s’agirait des meilleures puces pour accélérer sans risque les charges de travail qui ne nécessitent pas la programmabilité complète des FPGA.

Série de cartes réseau Intel Ethernet 700. Nom de code Edgewater Channel, il s’agit des premières cartes réseaux d’Intel optimisées pour la 5G, avec la synchronisation basée sur le protocole Hardware-Enhanced Precision Time Protocol (PTP) compatible avec un service de synchronisation multiréseaux basé sur le GPS. Cette précision du timing est nécessaire pour les réseaux 5G. Des échantillons de la carte sont actuellement envoyés, et la production devrait commencer au deuxième trimestre.

Intel investit aussi das OpenNESS, une boîte à outils logiciels pour les services en périphérie de réseaux ouverts, avec la compatibilité avec la 5G NR en mode seul pour accélérer le temps jusqu’à la commercialisation des produits et services de ses clients et partenaires.

Alors que le battage médiatique et politique autour de la 5G est toujours plus intense, la réalité est que les opérateurs télécoms rentabilisent des réseaux 4G qui leur ont coûté très cher, et commencent à peine à s’équiper pour la 5G.