Amazon a lancé Amazon Go en 2016, des supérettes sans caisse enregistreuse, et en 2018, annonçait un objectif d’ouverture de 3 000 supérettes d’ici 2021.

Le client lance une application sur son ordiphone, et le scanne à un tourniquet. Ensuite, il peut prendre les articles qu’il souhaite, et quitter le magasin sans passer par une caisse. Des capteurs assistés par la vision par ordinateur détectent ce qui a été pris et facturent directement les articles.

Le client évite ainsi de faire la queue pour acheter des boissons, des sandwiches, des goûters etc. : il n’a qu’à sortir du magasin, comme l’indique le slogan (Just Walk Out).

Il y a quelques jours, Amazon a lancé son premier supermarché sans caisse à Seattle, Amazon Groceries.

Aujourd’hui, on apprend qu’Amazon va commercialiser sa technologie de vente sans caisse à des chaînes tierces de distribution.

La seule différence serait qu’au lieu d’utiliser une application sur un téléphone, le client devra insérer une carte de paiement dans un tourniquet afin d’entrer. Ces tourniquets afficheront le logo « Just Walk Out by Amazon ».

Le principe reste le même : le client fait ses courses, et, quand il quitte le magasin, sa carte est facturée du montant dû, sans passer par une caisse enregistreuse, devoir scanner ses achats ou autre.

Le client qui souhaite obtenir un ticket de caisse détaillé devra entrer, une unique fois, son adresse de courriel, qui sera liée à la carte de crédit. Où qu’il aille par la suite, dans les magasins Just Walk Out by Amazon, il recevra par courriel un ticket de caisse.

Amazon aurait déjà signé plusieurs contrats, mais refuse de nommer ses clients.

Amazon serait responsable de l’installation des caméras et des capteurs, et fournirait une assistance technique 24 heures sur 24.

Tous les autres aspects continueront d’être contrôlés par le distributeur.

Un intérêt supplémentaire pour Amazon serait la consommation de ressources informatiques dans son nuage AWS par les distributeurs concurrents.

Le succès est incertain, car Amazon est souvent le concurrent numéro un de ces chaînes, en tant que premier vendeur sur la toile et à travers ses chaînes de magasins physiques.

D’autres vendeurs pourraient lui préférer Grabango ou AiFi, deux entreprises qui offrent le même type de service.

Amazon refuse aussi de dévoiler le modèle d’affaires de cette nouvelle activité, se contentant d’affirmer que de nombreux accords sont sur mesure.