Quand l’iPad Pro 2020 est sorti, Apple a vanté sa nouvelle puce « A12Z Bionic », et non une puce A13, comme on aurait pu s’y attendre.

Restait à savoir exactement quelles améliorations la puce A12Z apportait sur la puce A12X des iPads Pro de 2018.

Le spécialiste de l’analyse technique et de la rétro ingénierie TechInsights dévoile le mystère : après avoir analysé leur silicone côte à côte, il semble bien qu’il n’y ait strictement aucune différence physique entre les deux processeurs.

La seule disparité est une affaire de configuration : si l’A12X compte bien, comme l’A12Z, 8 cœurs graphiques, seuls 7 sont activés.

Dans l’A12Z des iPads Pro de 2020, les 8 cœurs sont activés.

On pourrait reprocher à Apple d’avoir vraiment fait le minimum pour cette nouvelle génération d’iPad Pro, dont la principale nouveauté est, comme nous l’écrivions lors de sa présentation, externe, en option : il s’agit du Magic Keyboard, un clavier physique qui intègre un pavé tactile.

Une « innovation » qui n’a rien de nouveau : on trouve depuis des années des claviers semblables chez Microsoft ou Logitech.