Le procureur général de l’Arizona, Mark Bmovich, a intenté une action en justice contre Google devant la cour supérieure de Maricopa County, pour pratiques malhonnêtes et trompeuses dans le but d’obtenir les données de localisation des gens, ce que l’entreprise exploite pour son activité très lucrative de publicité en ligne.

Pour donner suite à un article « Google trace vos mouvements, que vous le souhaitiez ou non », qui montrait que Google donnait un faux sens de la sécurité aux utilisateurs, avec une option pour désactiver l’historique de localisation, une enquête fut menée.

Google informait l’utilisateur qu’« avec la désactivation de l’historique de localisation, les endroits où vous allez ne sont plus stockés. » Une affirmation mensongère, puisque Google continuait en douce de pister l’utilisateur avec d’autres moyens, comme Activité sur le Web et les applications, et exploitait ces informations pour vendre des publicités.

En même temps, Google décrivait l’Activité sur le Web et les applications explicitement comme n’ayant rien à voir avec le traçage de ses localisations.

L’enquête montra aussi que Google abusait de pratiques malhonnêtes et trompeuses pour collecter autant d’informations personnelles que possible, et rendre aussi difficile que possible pour l’utilisateur la compréhension de ce qui se passait vraiment avec ses données personnelles, sans parler de l’absence d’une possibilité de refuser.

La plainte de près de 50 pages cite des témoignages exhaustifs d’employés de Google sous serment, et 100 pièces à conviction additionnelles, y compris des documents internes. Certaines de ces pièces sont censurées dans la version publique, Google prétendant que certaines informations étaient confidentielles.

Il nous semble bien temps de punir les entreprises qui abusent depuis des années des utilisateurs afin de maximiser les profits de leurs publicités ciblées. Un peu de sang neuf américain ne ferait sans doute pas de mal à la CNIL.

 

.