Cinq semaines après avoir introduit sa nouvelle architecture d’accélérateurs Ampere, NVIDIA, à l’occasion de l’ISC Digital, l’événement pour l’informatique haute performance qui se tient cette année exceptionnellement en ligne à cause du COVID-19, du 22 au 25 juin 2020, NVIDIA introduit la déclinaison PCIe 4.0 de son accélérateur A100.

Alors que le facteur de forme SMX4 de l’accélérateur A100, présenté le 15 mai, est conçu pour les performances ultimes et l’extensibilité à 4 ou 8 accélérateurs, le facteur de forme PCIe, plus classique, s’introduira facilement dans la plupart des serveurs.

NVIDIA annonce son intégration dans plus de 50 systèmes de fabricants comme ASUS, Atos, Cisco, Dell Technologies, Fujitsu, GIGABYTE, Hewlett Packard Enterprise, Inspur, Lenovo, One Stop Systems, Quanta/QCT ou Supermicro. Dont 30 attendus cet été et 20 avant la fin de l’année.

Les deux accélérateurs sont quasi-identiques : 6 912 cœurs CUDA à 1,41 GHz en turbo, mémoire HBM2 à 2,4 Gbps de bande passante, 40 Go de VRAM, 54,2 milliards de transistors pour le GPU.

La différence principale est que l’enveloppe thermique de la version SMX4 de l’A100 s’élève à 400 W, alors que celle de la version PCIe s’élève à 250 W, soit 38 % de consommation électrique en moins.

On pourrait attendre des performances égales à 90 % de la version SMX4 pour les charges de travail à 1 GPU, ce qui en ferait un excellent compromis.

L’autre différence, logique, est la limitation de l’interconnexion : les A100 PCIe sont conçus pour travailler seuls ou en paire. Au-delà, il faut passer au SMX.