À partir d’octobre 2020, Oculus change la façon dont on doit se connecter à ses casques de réalité virtuelle :

– Toute personne utilisant un appareil Oculus pour la première fois devra se connecter avec un compte Facebook ;

– Toute personne ayant déjà un compte Oculus aura l’option de se connecter avec Facebook et de fusionner les deux comptes ;

– Tout utilisateur refusant de fusionner ses comptes ne pourra continuer à utiliser le compte Oculus pour se connecter que pour deux ans ;

– Les comptes Oculus ne seront plus utilisables après le 1er janvier 2023. Il sera toujours possible d’utiliser un casque Oculus, mais avec un compte Facebook ;

– Tous les futurs produits Oculus nécessiteront une connexion avec un compte Facebook, même pour ceux qui ont déjà un compte Oculus.

Si Oculus promet de s’efforcer de rendre les contenus achetés exploitables à ceux qui refusent de fusionner leurs comptes Facebook et Oculus, la filiale de Facebook ne fait pas de promesse.

Voici pourquoi, de notre point de vue, les autorités antitrust ne devraient plus jamais donner à Facebook l’autorisation de fusionner pour obtenir une position clé dans un nouveau marché : que ce soit par le mensonge (promesses officielles non tenues dans le cas de WhatsApp) ou autre, Facebook finit toujours par fusionner les données personnelles de ses filiales avec les siennes.

Une nouvelle politique de confidentialité, administrée directement par Facebook, va remplacer celle d’Oculus, et Facebook gérera toutes les décisions sur l’exploitation, les traitements, la rétention et le partage des données personnelles.

On peut être sûr que l’entreprise va à nouveau, comme à son habitude, violer à maintes reprises les régulations sur les données personnelles et que d’ici quelques années, de nouveaux formats publicitaires apparaîtront sur les casques Oculus.