NVIDIA annonce la signature d’un accord définition avec SoftBank Group portant sur l’acquisition de sa filiale britannique ARM pour jusqu’à 40 milliards de dollars (33,7 milliards d’euros) : 33,5 milliards de dollars pour Softbank (28,2 milliards d’euros), dont 21,5 milliards en actions et 12 milliards en numéraire ; jusqu’à cinq milliards (4,2 milliards d’euros) de bonus pour SoftBank si ARM dépasse certaines performances financières spécifiques ; 1,5 milliard de nouvelles actions pour les employés d’ARM (1,26 milliard d’euros).

Softbank avait racheté ARM en juillet 2016 pour 24,3 milliards de livres, soit 29,2 milliards d’euros.

ARM conservera son équipe de direction actuelle, sa marque, et son implantation au Royaume-Uni à Cambridge.

Jensen Huang, PDG et fondateur de NVIDIA, justifie l’acquisition par la création d’une éminente entreprise d’intelligence artificielle (IA), de l’accroissement des besoins en IA, la dynamisation de la R & D d’ARM.

La transaction nous semble risquée pour les actionnaires de NVIDIA : le montant est très élevé, les régulateurs ne manqueront pas de s’interroger sur le rapprochement, certains clients d’ARM ne souhaiteront peut-être pas devenir un client de NVIDIA, le marché des téléphones mobiles se contracte, et RISC-V, un concurrent open source à ARM, doit être pris au sérieux.

Le cours de l’action de SoftBank a bondi de près de 10 % après l’annonce, et aussi sur les rumeurs selon lesquelles l’entreprise souhaiterait sortir de la Bourse.

Le cours de l’action de NVIDIA est en hausse de 6,44 % avant l’ouverture du NASDAQ.