En glissement annuel, le chiffre d’affaires d’IBM au troisième trimestre 2020 est en baisse de 2,6 %, et même de 3,1 % à périmètre constant, à 17,6 milliards ; et son résultat d’exploitation est en hausse de 2 % à 1,7 milliard de dollars. Soit respectivement 14,9 et 1,4 milliards de dollars.

Cette troisième contraction consécutive de l’activité est sanctionnée par une baisse de 3,5 % du cours de l’action IBM avant l’ouverture du NYSE.

Par segment :

– Les ventes de Cloud & Cognitive Software (Red Hat, applications cognitives, plateformes de traitement des transactions) sont en hausse de 7 % à 5,6 milliards de dollars ; et les ventes totales du nuage sont en hausse de 19 % à 6,0 milliards de dollars.

Comme pour d’autres entreprises, on pourrait reprocher à IBM la qualification très élastique de nuage à des activités qui n’en font pas vraiment parti, afin de profiter de l’intérêt des investisseurs pour cette activité ; Par ailleurs, IBM mentionne des revenus du cloud pour chaque segment, ce qui porte à confusion ;

– Les ventes de Global Business Services (conseil, gestion d’applications, services liés aux processus globaux) baissent de 5 % à 4 milliards de dollars ;

– Les ventes de Global Technology Services, l’activité dont IBM veut se séparer sous la forme d’une entreprise indépendante nommée NewCo, se contractent de 4 % à 6,5 milliards de dollars ;

– Les ventes de Systems (matériels et logiciels systèmes) chutent de 15 % à 1,3 milliard de dollars, ce qui serait dû à la dynamique du cycle de produit de l’ordinateur central IBM Z et de son stockage ;

– Les ventes de Global Financing chutent de 20 % à 272 millions de dollars.