Adobe Flash, l’un des premiers vecteurs d’infection par logiciel malveillant et largement exploité pour enfreindre la vie privée des internautes à l’aide de pisteurs résistant à l’effacement des cookies, va enfin disparaître fin 2020.

À cette date, Adobe va cesser le support de Flash.

Un porte-parole de la firme affirme à cette occasion que : *

« Quand nous avons constaté un besoin d’amélioration des contenus et de l’interactivité, nous avons innové pour répondre à ces besoins. Quand un format n’existait pas, nous l’avons inventé – comme pour Flash et Shockwave. »

Faux, puisque Adobe n’a inventé ni l’un ni l’autre. Macromedia, qui a été racheté par Adobe en 2005, est à l’origine de Shockwave.

Flash a été inventé par Future Wave Software sous le nom de FutureSplash Animator, avant d’être renommé Flash 1.0 par Macromedia, qui l’a acheté en 1996.

À l’époque, Flash apportait de l’interactivité au Web et aux applications natives.

Il a rapidement été dévoyé par des agences de communication développant des sites entièrement en Flash pour leurs clients, inutilisables pour qui n’avait pas de connexion très rapide à Internet.

Puis il a été exploité pour des bannières de publicité si gênantes, qu’elles ont sans doute motivé le développement des bloqueurs publicité.

Petit à petit, et notamment avec la version 5 de HTML, Flash est devenu inutile.

Malheureusement, il est toujours exploité par des éditeurs de jeux et des pseudos utilitaires Web ou mobiles, en particulier sur Facebook.

Depuis des années, les professionnels de l’informatique savent que c’est l’un des vecteurs d’infection préféré des pirates, car sur le plan de la sécurité, Flash est une véritable passoire pour laquelle on doit passer son temps à installer des correctifs de sécurité.

Rappelons qu’il est déjà possible de désactiver Flash dans Microsoft Edge. Sur d’autres navigateurs, il faut désinstaller l’extension.

Steve Jobs a contribué à marginaliser Flash en refusant de l’intégrer à l’iPhone, mentionnant les problèmes de sécurité comme de consommation énergétique exagérée, réduisant d’autant l’autonomie des smartphones, tablettes et ordinateurs.

 

* Traduction : Le Diligent

  • Sauf qu’Adobe n’a PAS inventé Flash – c’est Macromedia qui en est l’auteur. Que Adobe ait racheté Macromedia et ait ensuite laissé crever flash (version Linux du plugin figée depuis 2010, zéro évolution des technologies de base), ça, on n’en parle pas… Alors qu’ils auraient pu créer des outils permettant de lire du Flash avec un navigateur sans plugin (ne pas tuer le format mais tuer le plugin), le résultat c’est Mozilla et Google qui ont fait le plus gros du taf.