TikTok a suspendu les négociations d’hébergement de son siège international à Londres, ce qui menace la création de 3 000 emplois.

ByteDance, sa maison mère, basée à Pékin, négociait depuis des moins avec le département du Commerce international ainsi qu’avec le Premier ministre.

Ses dirigeants ont mentionné le contexte plus large géopolitique, à la suite de l’interdiction par le gouvernement britannique à Huawei de participer au développement du réseau mobile 5G.

Ils pourraient se rabattre sur Dublin, l’Irlande étant la destination par défaut des multinationales en Europe du fait de sa politique fiscale contestable et du manquement total envers son devoir européen de protection des données personnelles et de la vie privée.

Les critiques de TikTok, un réseau social proposant à ses membres, plus d’un milliard, de s’exprimer en publiant de courtes vidéos qui peuvent légalement exploiter la plupart des chansons commerciales, prétendent qu’il s’agit d’une application d’espionnage.

Sans aucune preuve, de la même manière que les Américains, qui font pression sur le monde entier pour abandonner Huawei, n’ont jamais esquissé le moindre début de preuve que les matériels de Huawei étaient conçus pour espionner pour la Chine.

Le Royaume-Uni espère que TikTok reprendra les discussions en considérant que le Royaume-Uni n’a banni Huawei que sous la pression américaine.