Matt Mullenweg, le PDG d’Automattic, la maison mère de WordPress.com, vient d’annoncer le lancement d’un nouvel outil d’administration pour le système de gestion de contenu (CMS) libre WordPress.

La nouvelle est notable pour deux raisons. D’une part, WordPress est le CMS le plus populaire du monde : il est utilisé par près d’un site Web sur quatre.

D’autre part, il ne s’agit pas d’une amélioration incrémentale, mais bien d’une nouvelle fondation qui devrait permettre à WordPress d’affronter les dix prochaines années avec sérénité.

Le système actuel est presque archaïque. Basé sur PHP et mySQL, avec une interface utilisateur inélégante et improductive, il a pour mérite d’avoir un code stable, éprouvé, auquel des milliers de développeurs ont contribué depuis treize ans.

Le nouveau système, Calypso, repose sur des technologies différentes et plus modernes. Il est écrit entièrement en JavaScript, utilise les librairies ouvertes Node et React, et est lui-même en code source ouvert.

L’outil d’administration est disponible sur le site WordPress.com, ou avec le client Mac. Bizarrement, pour un système censé n’utiliser que des technologies ouvertes déjà portées sur toutes les plateformes, il faudra attendre pour les clients Windows et Linux.

Du point de vue de l’utilisateur, Calypso a de nombreux avantages sur le client précédent. Il est très rapide, plus ergonomique, s’adapte à la taille de sa fenêtre ou de son onglet, sauve le contenu en permanence. Il est possible d’intégrer une image par glisser déplacer, ou plusieurs images pour la création automatique d’une galerie d’images. Calypso est multisite, les administrateurs pourront gérer plusieurs installations WordPress de façon centralisée.

Avec l’extension Jetpack, il est possible de gérer les thèmes et les plugins des sites WordPress, et même de mettre à jour automatiquement ces derniers.

Comme Calypso est libre, il est possible de personnaliser le système, et de l’adapter à d’autres services que WordPress.com.