D’après Reuters, WhatsApp testerait un outil de chat qui permettrait pour la première fois aux entreprises de converser directement avec leurs clients.

Ce service sera payant pour les entreprises. L’idée peu originale, est déjà exploitée sur la messagerie Messenger de Facebook, comme sur d’autres produits concurrents. Elle aurait pour mérite d’apporter une source de revenus à la messagerie.

À l’origine, WhatsApp faisait payer 0,99 $ par an à ses utilisateurs à partir de la seconde année, mais la messagerie est devenue entièrement gratuite il y a trois ans lors de son rachat par Facebook.

Pendant cette période, WhatsApp n’avait aucun modèle d’affaires.

Depuis quelques mois, l’entreprise a entrepris des changements controversés qui pourraient la financer : la collecte des données d’usage pour la fournir/vendre à Facebook – alors que WhatsApp avait spécifiquement promis qu’elle ne collecterait jamais de données pour Facebook, puis le lancement de WhatsApp Status, une copie conforme de Snapchat Stories, qui pourrait être financée par la publicité.

L’avantage pour Facebook d’une telle nouveauté, est que WhatsApp est bien plus populaire que Messenger, notamment dans certains pays comme le Brésil, l’Inde ou le Pakistan.

WhatsApp a conclu un accord le mois dernier avec Y Combinator, pour offrir des formations et des conseils aux start-up de l’incubateur, afin de leur montrer le potentiel d’un tel système.

Cowlar, l’une des start-up en question, teste des colliers pour vaches afin d’augmenter la production de lait. Dans ce cadre, une alerte pourrait être envoyée par WhatsApp directement à l’agriculteur dont une vache se comporte anormalement.

Dans le même temps, Forbes affirme que WhatsApp préparerait WhatsApp for Business, une nouvelle version de sa messagerie qui permettrait aux entreprises de 10 employés ou moins de mieux gérer sa clientèle.

WhatsApp for Business serait testée en Inde, où WhatsApp compte 200 millions d’utilisateurs.

Dans les deux cas, la difficulté sera de permettre aux entreprises d’envoyer des messages texte ou vidéos à leurs clients, sans que ces messages soient considérés par ces derniers comme des pourriels.

WhatsApp évaluerait également la possibilité d’offrir un service de paiement.