Oracle a publié les résultats financiers de son 3e trimestre de l’exercice fiscal 2017, se terminant le 28 février 2017.

Le chiffre d’affaires est en hausse en glissement annuel de 2 % à 9,2 milliards de dollars, et le résultat net est en hausse de 5 % à 2,2 milliards de dollars (respectivement 8,6 et 2,1 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires est très légèrement inférieur aux attentes des analyses, mais le résultat par action est nettement supérieur. Le cours de l’action, après avoir perdu 3,18 % hier, est en hausse, actuellement, de 7,29 % avant l’ouverture de la Bourse.

Les investisseurs ont sans doute été heureux d’apprendre qu’Oracle allait augmenter le dividende trimestriel de 27 %, et impressionnés par la croissance du chiffre d’affaires des activités dans le nuage informatique : 73 % pour SaaS (logiciel en tant que service) et PaaS (plateforme en tant que service), et 62 % en rajoutant l’IaaS (infrastructure en tant que service).

Ce que Safra Catz, co-CEO d’Oracle, qualifie d’hyper-croissance. Mark Hurd, co-CEO, note qu’Oracle a vendu plus de PaaS et de SaaS que Salesforce l’an dernier, et que leur croissance est trois fois supérieure. Il n’a donc pas de mal à imaginer que le dépassement du compétiteur n’est qu’une question de temps.

Enfin, Larry Ellison, directeur technique et président du conseil d’administration, insiste sur l’offre IaaS Gen2 qui serait plus rapide et moins chère que celle du leader de l’industrie, AWS.

Au total, les revenus du nuage informatique représentent 13 % du chiffre d’affaires d’Oracle, contre 8 % il y a un an.

On notera en revanche que les ventes de matériel sont en baisse de 14 % en glissement annuel à 520 millions de dollars (484 millions d’euros), et en déclin continu depuis le rachat de Sun Microsystems en 2009.

Articles similaires