Face ID, la nouvelle reconnaissance du visage qui remplace TouchID sur l’iPhone X, disponible en novembre, suscite beaucoup d’interrogations.

C’est pourquoi Craig Federighi, vice-président de l’ingéniérie logicielle d’Apple, a apporté ces derniers jours de nombreuses précisions sur le système d’authentification biométrique.

Phil Schiller a affirmé durant la présentation de l’iPhone X que plus d’un milliard d’images avaient été utilisées pour entraîner le système de reconnaissance faciale.

Ces images ont été obtenues en scannant le visage, sous de nombreux angles, de volontaires de grande diversité ethnique, dans de nombreux pays. Apple conserve ces données pour pouvoir entraîner de futures mises à jour de Face ID.

Apple ne collectera en revanche aucune donnée faciale de ses clients. Les données faciales seront stockées sous la forme d’un modèle mathématique, dans une partie sécurisée du téléphone et ne transiteront jamais par l’Apple Cloud.

Ce modèle est capable d’évoluer par apprentissage continu, par exemple quand un homme rase sa barbe ou quand une femme change de coiffure.

Il ne serait pas possible de collecter les données du visage par rétro ingénierie du modèle mathématique.

Comme pour TouchID, même si les autorités exigeaient d’Apple qu’elle lui livre les données biométriques, elle en serait incapable, n’ayant aucune copie de ces données.

Les développeurs n’ont pas accès non plus aux données. En revanche, ils ont accès à des cartes simplifiées de disparité : comme Snap pour ses filtres photographiques qui suivent le contour du visage.

Il est possible de désactiver Face ID pour devoir à la place entrer un code PIN, en appuyant quelques secondes sur l’un des boutons de l’iPhone X. Utile si un voleur exigeait qu’on lui donne le smartphone.

Il faudra également entrer un code secret si Face ID n’a pas été utilisé pendant plus de 48 heures, quand on relance l’appareil, et si Face ID échoue cinq fois d’affilée à identifier le propriétaire.

C’est ce qui se serait passé lors de l’embarrassante démonstration ratée de Face ID durant la présentation mondiale. De trop nombreux employés d’Apple auraient joué avec l’iPhone X avant la présentation, dépassant la limite des cinq essais.

Certaines personnes malvoyantes devront se contenter d’une version moins sûre de Face ID, en désactivant la reconnaissance de l’attention, puisque le système ne peut pas, avec certains yeux, détecter si la personne regarde la caméra.

La reconnaissance du visage serait très rapide.

S’il y a autant d’interrogations sur le système de reconnaissance faciale, c’est probablement parce que celui de Samsung est lamentable, et que les clients Apple ne connaissent pas la reconnaissance du visage de Windows Hello, qui fonctionne fort bien sur les tablettes, ordinateurs et smartphones Windows depuis plus d’un an.