Deliveroo, une jeune pousse britannique de livraison de repas à domicile, annonce que Amazon est le premier investisseur de son tour G de financement, d’un montant de 575 millions de dollars, à côté de ses investisseurs historiques T. Rowe Price, Fidelity Management, Research Company et Greenoaks.

Au total, Deliveroo a levé 1,53 milliard de dollars depuis sa création en 2013 par William Shu, son CEO, et Greg Orlowski.

Le nouvel investissement va contribuer à accroître son équipe d’ingénieurs à son siège londonien, étendre la portée du service, innover dans le secteur avec des éditions spéciales exclusives pour la livraison, ainsi que des nouveaux formats qui aideront les restaurants à s’agrandir dans d’autres domaines à moindre coût et moindre risque, et de nouveaux outils pour offrir un travail mieux rémunéré et plus flexible pour les coursiers.

Deliveroo opère dans 500 villes sur 14 marchés, y compris l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, les Émirats Arabes Unis, l’Espagne, la France, Hong Kong, l’Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, Singapour et Taïwan.

Uber Eats est un concurrent direct de Deliveroo. Deliveroo connaît les mêmes problèmes que Uber, notamment en ce qui concerne le statut de ses coursiers.

En juin 2018, 50 de ses coursiers au Royaume-Uni, se sont partagé une indemnité à six chiffres concernant leur statut d’employés, n’ayant reçu ni congés, ni salaire minimum, comme le prévoit la loi. Toutefois, l’accord a été signé sans admission de faute, ce qui a permis à Deliveroo de ne pas changer son modèle d’affaires.

Globalement, l’entreprise est très critiquée pour son traitement de ses 80 000 coursiers, qui ne sont pas considérés comme des employés et qui sont payés à la course.

L’investissement d’Amazon dans le secteur ne passe pas inaperçu : le cours de l’action de Just Eat perd 7 % et celui de l’action de Delivery Hero perd 6 %.