Azure Kubernetes Service (AKS) est l’offre entièrement gérée Kubernetes, le standard de fait de l’orchestration des conteneurs Linux, dans Azure.

Il facilite le déploiement et la gestion d’applications conteneurisées et il offre une expérience d’intégration continue et de livraison continue (CI/CD) Kubernetes sans serveur, ainsi qu’une sécurité et une gouvernance de classe Entreprise.

D’après Microsoft, c’est le service de type calcul à la croissance la plus rapide d’Azure.

Vendredi, l’entreprise a annoncé que la gestion des conteneurs Windows Server entrait en aperçu sur AKS, pour les versions les plus récentes de Kubernetes, 1.13.5 et 1.14.0. La version 1.14 est la première version de Kubernetes avec une compatibilité avec les noeuds Windows de type production, c’est à dire en situation réelle.

Les entreprises pourront donc mettre en conteneurs leurs applications Windows comme ils mettent en conteneurs leurs applications Linux, et les deux types de conteneurs pourront être gérés dans une même grappe de serveurs Kubernetes, en utilisant la même interface de programmation.

Le cycle de vie des conteneurs des deux genres sera géré avec Azure Container Registry, le registre privé Docker, qui prépare les images de bases. Celles-ci pourront être répliquées sur un autre centre de données, comme celui le plus proche des utilisateurs, afin de réduire la latence ou pour un motif de conformité à des règlements.

L’intégration d’Azure DevOps à AKS facilite l’automatisation des phases de validation, test, canari et production en quelques étapes, grâce à ses pipelines standardisées de déploiement.

Azure Monitor est l’outil de choix pour surveiller la santé et les performances du ou des clusters Kubernetes.

Microsoft présente donc AKS comme le meilleur moyen pour les entreprises de moderniser leurs applications, et de les migrer vers Azure.

Il aura fallu à Microsoft trois semaines de plus qu’à Amazon Web Services, qui offre un aperçu public des conteneurs Windows dans Amazon Elastic Container Service for Kubernetes depuis la fin mars.

Google Cloud prévoit un programme d’accès précoce des conteneurs Windows dans son Google Kubernetes Engine (GKE) « en 2019 ». Les personnes intéressées peuvent s’inscrire ici.