D’après Crunchbase, le montant des investissements dans les cinq dernières années dans les jeunes pousses européennes par les capital-investisseurs s’élève à 110 milliards d’euros.

Comme souvent avec les entreprises américaines, sa définition de l’Europe est particulière : elle intègre 48 pays, contre 28 pour l’Union Européenne, 31 pour l’Espace Économique Européen et 47 pour le Conseil de l’Europe. Il s’agit d’un sous-ensemble des 52 nations européennes de la classification des Nations-Unies, cette dernière comprenant notamment la Russie et l’Ukraine.

L’année 2019 atteint un niveau record des montants de capital-investissement sur les cinq dernières années avec 32 milliards d’euros. Mais pas sur le nombre de transactions : 4 275, le plus bas niveau en cinq ans.

Sur le nombre de levées de fonds de jeunes pousse en 2019, le Royaume-Uni écrase les autres nations avec 1 425 transactions, contre 444 pour l’Allemagne et 425 pour la France.

En valeur, les trois premières places sont les mêmes : 40 % pour le Royaume-Uni avec 12,85 milliards d’euros, 18 % pour l’Allemagne avec 5,97 milliards d’euros, et 12 % pour la France avec 3,94 milliards d’euros.

Les plus grands tours d’investissements de 2019 ont été effectués par OneWeb (1,12 milliard d’euros), Deliveroo avec 516 millions d’euros et Flixbus avec 500 millions d’euros.

Les plus grands acteurs du capital d’amorçage par nombre de transactions sont : Hiventures Investment Fund, un fonds hongrois d’État, Venture Kick (Suisse), SOSV et Techstars, deux accélérateurs globaux, et Startup Funding Club, un club d’investisseurs providentiels du Royaume-Uni.

Le français Kima Ventures arrive en 8e position.

Les plus grands investisseurs précoces sont : Idinvest Partners, Partech et Bpifrance, tous français, Index Ventures, Parkwalk Advisors, Balderton Capital et Downing Ventures, tous du Royaume-Uni.

Les plus grands investisseurs de dernière phase sont : Idinvest Partners, Accel (États-Unis), BpiFrance, Goldman Sachs (États-Unis) et Insight Partners (États-Unis).