Voici une rumeur que l’on hésite à publier, car cela fait plusieurs années qu’elle circule et qu’elle ne s’est jamais avérée jusqu’à présent : Apple produirait des Macs et des MacBooks avec son propre processeur basé sur l’architecture ARM, en remplacement de processeurs Intel, dès 2021.

Comme son auteur est l’analyste Ming-Chi Kuo, qui possède sans aucun doute le record de prédictions avérées sur les produits Apple, nous lui faisons écho.

D’après une de ses notes de recherche obtenue par MacRumors, celui pourrait être un avantage compétitif pour la gamme Mac, qui deviendrait moins dépendante d’Intel, économiserait des coûts de processeurs de 40 à 60 % et offrirait plus de différenciation que les PC Windows.

Un dernier point dont nous doutons : cela fait plusieurs années que des ordinateurs sous Windows avec processeurs Qualcomm d’architecture ARM sont commercialisés : les fameux ordinateurs portables « toujours allumés, toujours connectés ».

Inversement, il est presque certain que les derniers MacBook Air intègrent des processeurs Intel Core spécialement personnalisés pour Apple.

Le bilan d’Apple en matière de gestion de plusieurs architectures de processeurs pour macOS est pour le moins mitigé : les clients hésiteront peut-être avant de changer d’architecture.

Ce qui est sûr, c’est que si ces ordinateurs se vendent bien, le manque à gagner serait considérable pour Intel, Apple étant le quatrième producteur d’ordinateurs personnels dans le monde, avec une part de marché en 2019 estimée entre 6,6 et 7,0 %.

Intel paierait ainsi très cher les années de retard de son procédé de fabrication 10 nm, alors que la concurrence, dont Apple profite pour la fabrication de ses processeurs ARM pour iPhones et iPads, en est déjà à 7 nm et que le 5 nm semble envisageable dans les prochaines années.

Or, toutes choses égales par ailleurs, plus fins sont les circuits intégrés, plus rapide est le processeur et/ou moins il consomme d’énergie, et/ou moins il est cher à produire, puisqu’on peut en placer plus sur chaque galette.

Ironiquement, Apple a peut-être attendu une décision d’Intel pour lancer une telle stratégie : avec le standard USB4, Intel fait don de sa propriété intellectuelle Thunderbolt 3 (40 Go/s). Les fabricants pourront donc produire des contrôleurs et des connectiques USB 4 sans payer de redevance pour la compatibilité avec Thunderbolt 3.

Or c’est vraiment un différenciateur à présent, puisqu’il n’existe pas de système ARM compatible Thunderbolt 3, et que même dans les systèmes AMD, il y a très peu d’ordinateurs compatibles Thunderbolt 3.

Et Apple est depuis le début le fabricant qui a adopté le plus largement Thunderbolt 3.

D’après Ming-Chi Kuo, les premiers Mac avec USB4 seront lancés en 2022. ASMedia Technology serait le fournisseur exclusif des contrôleurs USB pour les Macs à processeurs ARM.