Le 27 janvier, nous annoncions l’acquisition du service de paiement MoneyGram, basé au Texas, par Ant Financial, le prestataire chinois de services financiers lié au groupe Alibaba, pour 880 millions.

Un accord qui doit encore être approuvé par les autorités internationales.

Finalement, Euronet Workdwide Inc, qui, comme son nom ne le laisse pas présager est une entreprise américaine, lance une contre offre d’un milliard de dollars en numéraire sur MoneyGram, plus la prise à sa charge de 940 millions de dettes de MoneyGram.

En plus de l’offre financièrement supérieure, Eurnet, basée au Kansas, fait valoir que les autorisations seraient bien plus faciles à obtenir. Notamment, la transaction n’aura pas à être autorisée par le Committee on Foreign Investment in the United States (CFIUS), alors que Ant Financials devra en obtenir l’autorisation.

Euronet offre même une indemnité de rupture de 69 millions de dollars à MoneyGram en cas d’échec par les autorités antitrust, soit quatre fois plus que ce que MoneyGram recevra d’Ant Financial si le CFIUS refuse la transaction.

MoneyGram affirme qu’elle analyse l’offre d’Euronet avec attention, mais qu’elle continue de faire progresser la transaction avec Ant Financial. Ant Finacial réaffirme son engagement dans l’acquisition en cours.

Le marché des transferts internationaux est lucratif et en croissance. Avec l’acquisition de MoneyGram, Euronet vise des économies de synergies, et une ouverture à l’international.