AMD vient de publier (PDF) ses résultats pour le premier trimestre 2015. Le chiffre d’affaires diminue de 26 % en glissement annuel à 1 milliard de dollars.

La perte d’exploitation s’élève à -137 millions de dollars contre un résultat d’exploitation de 49 millions de dollars il y a un an.

Cette perte inclut 75 millions de dollars de charges exceptionnelles occasionnées par l’abandon de son activité de serveurs denses sous la marque SeaMicro, une entreprise rachetée en 2012 pour 334 millions de dollars.

Le chiffre d’affaires de la division Computing and Graphics est en baisse de 38 % par rapport au premier trimestre 2014. En comparaison, le chiffre d’affaires du Client Computing Group d’Intel était en baisse de 8 % sur la même période.

Ces résultats exécrables s’expliquent par l’absence de produits compétitifs tant pour les processeurs que pour les cartes graphiques.

Alors que NVIDIA réussit à améliorer la vitesse de ses cartes graphiques et nettement leur consommation électrique, en dépit d’une finesse de gravure qui reste cantonnée à 28 nm, AMD n’a montré aucun progrès majeur.

Les processeurs ne sont toujours pas compétitifs avec ceux de Intel sur la métrique Performance / Watt, depuis plusieurs générations.

Même la division Entreprise, Embedded and Semi-Custom affiche un chiffre d’affaires en retrait de 7 %.

Dans ces conditions, il est difficile d’être optimiste sur l’avenir de l’entreprise, d’autant qu’un recours collectif contre elle a été autorisé au début du mois.

De son côté, elle prévoit un deuxième trimestre en replis séquentiel de 3 % (+- 3 %). L’entreprise parie sur son processeur nom de code Carrizo, qui vise le marché des notebooks et des PC à faible consommation, ainsi que sur ses processeurs ARM 64 bits pour les serveurs.