À l’occasion de la conférence Connect(); 2016, qui se tient du 16 au 18 novembre à New York, Microsoft a annoncé qu’elle devenait membre de la Linux Foundation en tant que membre ‘platine’, le plus haut niveau d’appartenance à l’organisation à but non lucratif qui gère Linux et de nombreux autres logiciels en code source ouvert.

Le coût de l’adhésion platine s’élève à 500 000 $ (soit environ 467 000 €) par an. Microsoft rejoint dix autres membres de même rang: Cisco, Fujitsu, HP Enterprise, Huawei, IBM, Intel, NEC, Oracle, Qualcomm et Samsung.

19 entreprises sont membres ‘or’, y compris Google et Facebook. Plus de 200 organisations sont membres ‘argent’.

John Gossman, un architecte de l’équipe Microsoft Azure, rejoint le conseil d’administration de la Linux Foundation.

Microsoft contribue déjà à plusieurs projets de la fondation, comme Node.js, OpenDaylight, Open Container Initiative, R Consortium ou Open API Initiative.

L’adhésion marque le changement complet d’attitude de Microsoft vis-à-vis du code source ouvert en général, et de Linux en particulier.

En 2001, Steve Ballmer, alors CEO de Microsoft, avait qualifié Linux de ‘cancer qui se développe dans tout ce qu’il touche, au sens de la propriété intellectuelle.’ Il faisait allusion à la licence GPL, qui oblige toute entreprise basant un produit sur un logiciel de licence GPL à placer également ce produit en code source ouvert.

Depuis quelques années, Microsoft ne place plus Windows au cœur de sa stratégie, et s’ouvre aux systèmes concurrents, en pariant son avenir sur le nuage informatique, avec son service Microsoft Azure, dans lequel les clients utilisent Linux et d’autres logiciels open source en quantité non négligeable.

D’après Jim Zemlin, le directeur exécutif de la fondation, cette dernière et Microsoft auraient commencé à discuter de son adhésion cette année. Il estime que l’adhésion est un pas en avant pour Microsoft, mais également une nouvelle importante pour la communauté open source, qui va profiter de plus en plus de contributions de Microsoft.

Microsoft a également annoncé le lancement de Azure App Service for Linux, avec le support pour les conteneurs Docker. Azure App Service permet de déployer du code dans le nuage sans avoir à gérer les machines virtuelles nécessaires. Une mise à l’échelle automatique ajuste le nombre de machines virtuelles utilisées en fonction de la charge.

SQL Server pour Linux passe en aperçu public. Le système de gestion de base de données n’atteint pas la parité avec SQL Server pour Windows, mais Microsoft assure que toutes les fonctionnalités majeures sont incluses, y compris la sécurité au niveau de la ligne de données, le chiffrement transparent, et les bases de données en mémoire vive.