Le 28 avril 2016, Nokia demanda un arbitrage contre BlackBerry à la Cour d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale (ICC).

La dispute portait sur certains paiements qui auraient été dus à Nokia d’après un contrat de licence entre les deux entreprises.

Le jury d’arbitrage a penché en faveur de Nokia le 29 novembre 2017, et accordé 137 millions de dollars (115 millions d’euros) à Nokia.

BlackBerry, qui se dit déçu par la décision, rappelle que la dispute ne portait pas sur des allégations d’utilisation abusive de propriété intellectuelle, et qu’elle poursuit ses actions en justice contre Nokia, en Allemagne et aux États-Unis, pour atteintes à sa propriété intellectuelle.

Comptablement, BlackBerry, qui est cotée Au Toronto Stock Exchange et  au New York Stock Exchange, traitera le paiement comme une charge exceptionnelle.

Fondée en 1984 sous le nom Research in Motion, l’entreprise canadienne BlackBerry était devenue l’un des leaders des pagers et des téléphones mobiles, en forte croissance jusqu’en 2011. Elle était également connue pour son service de courriel sécurisé pour mobiles. Puis, comme Nokia d’ailleurs, elle n’a pas su réagir au succès croissant de l’iPhone et des smartphones Android.

Récemment, l’entreprise s’est recentrée sur les services et les logiciels de cybersécurité pour les entreprises.