L’ancien géant de la téléphonie mobile BlackBerry, reconverti dans les logiciels et les services pour « l’entreprise des objets », lance Jarvis, une solution de cybersécurité pour les véhicules connectés.

Jarvis a été présenté par John Chen, CEO de BlackBerry, lors du salon automobile North American International Automobile Show (NAIAS).

Jarvis serait une solution unique, hébergée dans le nuage informatique, d’analyse statique du code de fichiers binaires pour identifier les vulnérabilités des logiciels utilisés dans les véhicules.

Avec ce système, on pourrait obtenir en quelques minutes une connaissance approfondie de la situation, pouvant mener à des corrections, ce qui prendrait trop de temps à un groupe d’experts scannant manuellement les différents systèmes.

Les véhicules connectés ou autonomes nécessitent des logiciels très complexes, avec un total dépassant parfois les cent millions de lignes de code source. Les constructeurs automobiles doivent jongler avec des centaines de composants logiciels, pour la plupart développés par des tiers.

Chen affirme que Jarvis change la donne en offrant aux constructeurs une solution complète, consistante, en quasi-temps réel, de contrôle de la sécurité du code, ainsi que des détections et des corrections de vulnérabilités basées sur l’apprentissage profond, tout comme des règles basées sur plus de dix ans d’expérience.

En plus de la sécurité, Jarvis permet de contrôler le respect de standards de l’industrie, comme MISRA et CERT, voir le respect de règles propres au client.

Le modèle d’affaires est le paiement à l’usage.

Jarvis serait déjà utilisé par Jaguar Land Rover.

Dans un second temps, BlackBerry souhaite proposer Jarvis à d’autres secteurs, comme la santé, l’automatisation industrielle, l’aérospatiale ou la défense.