La dispute

Le Groupe TF1 et Orange annoncent la signature d’un nouvel accord de distribution globale.

Il met fin au différend entre les deux groupes, sur la rémunération à percevoir par le Groupe TF1 pour la diffusion de ses chaînes gratuites par Orange.

Après dix-huit mois de négociation, TF1 avait suspendu le 1er février 2018 le replay et MyTF1 sur Orange, et attaqué l’opérateur en justice.

L’accord

Le nouvel accord permet aux clients de la TV d’Orange de bénéficier de services et fonctionnalités enrichis autour des programmes du Groupe TF1 :

– Programmes en replay de MYTF1 avec des fenêtres de diffusion étendues. Le service MYTF1 sera à nouveau disponible pour les abonnés d’Orange dès lundi 12 mars ;

– Programmes en avant-première de leur diffusion TV ;

– Fonctionnalités innovantes et avancées qui permettront le lancement de nouveaux services par Orange – deux nouvelles chaînes TF1 + 1 et TMC +1, disponibles à la rentrée 2018 ;

– La diffusion en qualité UHD 4K de programmes évènementiels de premier plan : FIFA World Cup Russia 2018, Rugby World Cup Japan 2019, Grands Prix de Formule 1;

Ce partenariat s’accompagne également de l’enrichissement du service à la demande TFOUMax destiné aux enfants, et du renouvellement des accords de distribution des chaînes TV Breizh, Ushuaia TV et Histoire, quatre services au cœur de l’offre Famille de la TV d’Orange.

Orange et le Groupe TF1 ont convenu par ailleurs de collaborer pour le développement de solutions de publicité adressée et enrichie sur les services TF1 distribués sur les plateformes Orange.

Les conditions financières

Le communiqué ne mentionne aucun montant financier. D’après Les Echos, le Groupe TF1 a revu nettement à la baisse ses prétentions, et va percevoir annuellement 10 à 15 millions d’euros d’Orange, alors que l’on s’attendait à 10 millions de plus.

Le Groupe TF1 avait déjà signé avec SFR l’automne dernier, puis avec Bouygues Telecom, comme TF1 filiale du Groupe Bouygues.

Il reste donc à trouver un accord avec Free et le Groupe Canal +. Les récents propos de Maxime Saada, directeur général de Canal +, laisse entendre qu’un accord pourrait intervenir rapidement.