Comme chaque année, Apple présente, durant sa conférence annuelle pour développeurs WWDC, la prochaine version de son système d’exploitation mobile iOS, qui sera disponible à l’automne en même temps que la nouvelle génération d’iPhones.

Cette année, la WWDC se tient du 4 au 8 juin à San Jose en Californie, et la prochaine d’iOS version est la version 12.

Son importance est plus grande que d’habitude, puisque Apple doit se faire pardonner l’exécrable iOS 11, sa manipulation des batteries et des performances, ses nombreux problèmes de fiabilité, ses failles de sécurité.

Voici les principales nouveautés de la dernière mouture.

Performances

Avec Apple, le schéma est toujours le même : installer la nouvelle version d’iOS sur un ancien iPhone ou un ancien iPad, puis souffrir de performances tellement dégradées que l’on a envie de s’acheter un nouvel appareil. Si cela n’est pas de l’obsolescence programmée…

Pour la première fois cette année, l’entreprise va rompre avec ce cercle vicieux, avec ce qui sera sans doute la raison principale de mettre à jour : des performances supérieures !

Apple promet un chargement des applications jusqu’à deux fois plus rapide, et en moyenne 40 %, un lancement de l’appareil photo 70 % plus rapide, et l’affichage du clavier en 50 % de temps en moins.

On pourra regretter en revanche qu’Apple ne mentionne aucune avancée de l’autonomie de batterie.

Protection de la vie privée

La protection de la confidentialité est un atout des plateformes d’Apple. Elle s’améliore encore dans le navigateur web Safari, qui, par défaut, empêche les boutons de partage ainsi que les composants de commentaires de pister l’utilisateur.

Safari empêche également les publicitaires de collecter les caractéristiques uniques de l’appareil, afin qu’ils ne puissent pas pister l’utilisateur, ni recibler des publicités. On espère qu’Apple continuera de mettre à jour cette défense, alors que l’industrie publicitaire travaille continuellement sur le contournement de telles mesures de protection.

À notre sens, la protection de la vie privée est le premier différenciateur d’iOS par rapport à Android : on voit mal Google offrir de telles protections quand son fonds de commerce est la publicité numérique et le commerce des données personnelles.

Contrôle parental et lutte contre l’addiction

Avec iOS 12, Apple introduit des fonctionnalités pour lutter, si on le souhaite, contre l’addiction aux ordiphones.

Screen Time

Screen time est un tableau de bord de l’utilisation de l’iPhone. Il présente des statistiques hebdomadaires sur la durée d’utilisation, par type d’application (réseau social, divertissement), par application (Facebook, YouTube), après l’heure du coucher, etc.

Les parents ont accès aux statistiques des appareils de leurs enfants, et peuvent limiter la durée d’utilisation globale ou par application.

Do not disturb

Avec Ne pas déranger, on peut définir une période durant laquelle on n’est plus dérangé par aucune alerte, message, appel ou notification. Contrairement aux fonctionnalités similaires sur Android (Ne pas déranger) et sur Windows 10 (assistant de concentration), Apple n’a pas mentionné s’il est possible ou non de définir des exceptions, comme l’appel d’un membre de la famille.

Photos

Comme le montrent les campagnes de publicités de la marque, la photographie et la vidéo sont deux points forts de la plateforme.

For You

Dans l’application Photo, un nouvel onglet, Pour vous, fait son apparition. Il suggère intelligemment de partager les clichés avec les personnes qui sont dessus. Les destinataires qui utilisent également iOS 12 sont alors invités à partager les photos du même évènement avec l’expéditeur.

Recherche

Avant même d’entrer un terme de recherche, l’appareil va suggérer des événements récents, des lieux et des personnes. La recherche de photos avec plusieurs mots-clés est améliorée.

La reconnaissance faciale étant au cœur de ces nouvelles capacités, on peut craindre d’éventuels problèmes de confidentialité, de la même manière que la reconnaissance faciale de Facebook inquiète.

Siri Shortcuts

Si on l’autorise à accéder aux données personnelles comme les entrées du calendrier, Siri peut appairer intelligemment la routine personnelle et les applications tierces. L’assistant vocal peut ainsi détecter que l’on achète un café en allant au bureau, et proposer sur l’écran de verrouillage de commander une boisson.

On peut lancer vocalement les raccourcis, et définir ses propres raccourcis avec la nouvelle application éponyme.

Cette amélioration n’est pas de trop, alors que comparatif après comparatif, Siri est classé bien loin derrière l’Assistant Google, Alexa (Amazon) et Cortana (Microsoft), en sophistication, capacités et ouverture aux tiers.

FaceTime

Avec FaceTime, on pourra désormais lancer des conférences audio ou vidéo avec 32 participants ou moins. La vignette de la personne qui parle est agrandie automatiquement.

Réalité augmentée

La réalité augmentée (RA) n’a connu aucun succès sur iOS : à part Ikea, presque aucun développeur n’a tiré parti des nouvelles possibilités.

iOS 12 intègre ARKit 2, qui permet aux développeurs de créer des expériences de réalité augmentée que plusieurs personnes peuvent vivre en même temps. Les objets RA sont compatibles avec les applications Messages et Mail.

Enfin Apple offre une nouvelle application de mesure d’objets (canapé,…) par pointage de la caméra : pratique, même si c’est le béaba de la réalité augmentée.

Animojis

Les animojis, jusqu’ici réservés aux possesseurs d’iPhone X, à partir de 1 159 euros, comptent 4 nouveaux membres : koala, tigre, fantôme et T.rex. La langue est désormais animée, si on la tire. Comme sur le dernier Samsung, les animojis sont personnalisables avec des lunettes, des chapeaux, etc.

Ce gadget pour les plus riches sera jugé puérile par les uns et amusant par les autres. On peut supposer que tous les nouveaux modèles d’iPhone intégreront le capteur nécessaire pour la réalité augmentée et les animojis.