Dans un entretien exclusif avec Mark Cerny, son architecte système principal, Wired a obtenu des informations sur la prochaine console de jeux vidéo de Sony, sur laquelle l’entreprise travaille depuis quatre ans, et qui sera sans doute appelée Sony PlayStation 5, commercialisée au plus tôt en 2020.

Il ne s’agit pas d’une simple mise à jour, contrairement à la PS4 Pro.

Elle intégrera une puce AMD basée sur les processeurs AMD Ryzen, avec une microarchitecture 7 nm Zen 2, 8 cœurs, et une variante de la puce graphique Navi, compatible avec le rendu par lancer de rayons.

La puce intégrera une unité personnalisée pour l’audio 3D, qui devrait dramatiquement changer l’expérience sonore par rapport aux PS3 et PS4.

Si elle est compatible avec les télévisions du commerce, on en profite au mieux avec un casque audio.

Un autre changement majeur sera le passage du disque dur traditionnel au SSD, d’autant bienvenu que les jeux sont de plus en plus volumineux, avec des temps de chargement qui devraient être divisés par 15 ou plus. Ce SSD serait plus rapide que n’importe quel SSD sur PC actuellement. Cerny ne rentre pas dans les détails. Peut-être est-il basé sur le futur standard PCIe 4.0.

La nouvelle console sera compatible avec les jeux de la PS4.

Elle sera compatible avec la définition 8K (4 fois plus de pixels que la définition 4K).

Ce qui nous semble exagéré, alors que la plupart des joueurs ne sont pas encore équipés de télévisions 4K, et que la PS4 Pro est loin d’offrir une expérience optimale en 4K. Même sur PC, de nombreux joueurs équipés des meilleures cartes vidéos, préfèrent toujours des définitions inférieures à 4K pour plus de fluidité.

Pour la première fois, Sony ne prononcera pas de discours lors du salon E3 en juin. Il faudra donc attendre plus longtemps pour que cette console de nouvelle génération se précise.

Czerny ne dévoile rien sur les plans de Sony pour le jeu à la demande, se contentant d’affirmer : « nous sommes des pionniers du jeu à la demande, et notre vision deviendra claire lorsque l’on s’approchera du lancement. »

Le jeu à la demande consiste à diffuser en flux continus les graphiques et les sons d’un serveur dans le nuage informatique à l’appareil au domicile, et les informations des périphériques (clavier, souris, manette de jeux) de la maison au serveur.

L’avantage pour le joueur est que l’ordinateur ou la console n’a aucunement besoin d’être puissant, et donc chèr, puisque tous les calculs sont effectués dans le nuage.

Certains pensent qu’il s’agit de l’avenir du jeu vidéo, et que ce service va anéantir le marché de la console de jeux vidéo. Ce qui ne serait aucunement dans l’intérêt de Sony, Microsoft ou Nintendo.