Bloomberg croit savoir que les discussions entre Broadcom et Symantec, portant sur l’acquisition par la première de la seconde, sont avancées, et qu’elles pourraient se conclure dans les prochaines semaines.

Aucun accord n’est cependant signé, et les discussions pourraient ne mener à rien.

Le cours de l’action de Symantec, un éditeur de logiciels de sécurité et de sauvegarde, a augmenté jusqu’à 16 % mercredi, suite à la publication de ces spéculations – son plus gros gain intrajournalier depuis 8 mois, pour atteindre une capitalisation boursière d’environ 13,7 milliards de dollars – 12,0 milliards d’euros.

Une telle acquisition confirmerait l’intérêt de Broadcom, principalement un fabricant de puces numériques, pour les logiciels, après l’acquisition, controversée, de CA Technologies pour 18 milliards de dollars, suite à l’échec de la fusion de Broadcom et de Qualcomm.

En 2011, Intel poursuivit une stratégie similaire avec l’acquisition de McAfee pour 7,7 milliards de dollars, pour finalement la revendre en 2016 sur la base d’une valeur d’entreprise de 4,2 milliards de dollars…

Le commencement de l’enquête antitrust de l’Union européenne contre Broadcom pourrait constituer un frein à l’acquisition de Symantec.