Le japonais SoftBank Group Corp (SBG) annonce son intention d’ouvrir le SoftBank Vision Fund 2, un nouveau fonds privé d’investissement doté de 108 milliards de dollars.

L’objectif du fonds est de faciliter l’accélération continue de la révolution de l’intelligence artificielle par des investissements dans des entreprises technologiques de premier plan à fortes croissances.

SBG investirait 38 milliards de dollars dans ce fonds. Les organisations suivantes devraient également investir :

Apple, Foxconn Technology Group, Microsoft Corporation, Mizuho Bank, Ltd., Sumitomo Mitsui Banking Corporation, MUFG Bank, Ltd., The Dai-ichi Life Insurance Company, Limited, Sumitomo Mitsui Trust Bank, Limited, SMBC Nikko Securities Inc., Daiwa Securities Group Inc., National Investment Corporation of National Bank of Kazakhstan, Standard Chartered Bank, et des participants majeurs de Taiwan.

Ce fonds serait géré par SB Investment Advisers, une filiale britannique de SBG.

Son premier fonds d’investissement géant, le SoftBank Vision Fund, fut doté de 100 milliards de dollars. Son investisseur principal est le Public Investment Fund (PIF), le fonds souverain de l’Arabie Saoudite, avec plus de 45 milliards de dollars.

En juin, Masayoshi Son, fondateur et CEO de SBG, a affirmé que le SoftBank Vision Fund s’est apprécié jusque là de 62 % avec 64,2 milliards de dollars investis dans 71 transactions.

Le PIF et Mubadala Investment, le fonds souverain des Émirats Arabes Unis, pourraient se joindre au deuxième fonds. Toutefois, avec une prise de participation de 38 milliards, SBG sera cette fois l’investisseur principal.

Les bruits sont toutefois contradictoires. D’un côté, certains affirment qu’ils ne seraient pas bienvenus à cause de l’assassinat l’an dernier du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat de l’Arabie Saoudite à Instanbul.

De l’autre, certains pensent que les deux fonds souverains sont échaudés par les prises de risque extraordinaires de Son dans le premier Vision Fund.

 

Il nous semble que les progrès de l’intelligence artificielle au cours de la dernière décennie sont microscopiques, et que la seule chose qui a réellement changé est la puissance de traitement et de stockage qu’on peut lui consacrer, avec parfois d’excellents résultats, comme la maintenance prédictive. Toutefois, l’offre principale reste l’apprentissage automatique, dont les défauts et les limites sont bien connus.

De même qu’il y a d’après nous bien trop de jeunes pousses et de fonds investis dans les véhicules autonomes, ce qui devrait se terminer par une exploision de la bulle spéculative, nous pensons que le SoftBank Vision Fund 2 va largement contribuer à la bulle financière de l’intelligence artificielle – ce qui n’est pas incompatible avec de forts retours sur investissement à moyen-terme: de nombreuses machines à pertes comme Uber, Snap, Tesla ou WeWork  bénéficient de capitalisations boursières extraordinairment élevées.