Dans un nouveau billet sur son blogue, Sony Entertainment révèle que la console de jeux vidéo qui remplacera la PlayStation 4 s’appellera bien la PlayStation 5.

Elle sera lancée pour les fêtes de fin d’année 2020, tout comme la prochaine Xbox de Microsoft, nom de code Project Scarlett.

Contrairement à Microsoft, qui révéla des informations sur son projet lors du salon E3 cette année, Sony n’a presque rien révélé sur sa console, jusqu’à aujourd’hui.

Sony détaille un nouveau contrôleur, dont le but est d’augmenter le sentiment d’immersion des joueuses et des joueurs, avec deux innovations. La technologie du retour tactile est adaptée, en remplacement du « grondement » (rumble, vibrations) qui équipe les contrôleurs de l’entreprise depuis leur version cinq.

Avec ce retour tactile, on ressentira une plus large palette de réactions : percuter un mur lors d’une course de voitures sera ressenti différemment que de tacler quelqu’un au football. On pourra même ressentir une variété de textures lorsque l’on court sur une pelouse ou lorsque l’on marche d’un pas lourd dans la boue.

La seconde innovation est ce que Sony appelle le déclenchement adaptatif (adaptative trigger), intégré aux boutons L2 / R2.

Les développeurs pourront programmer la résistance des gâchettes afin que l’on ressente la sensation tactile de tendre son arc ou d’accélérer un véhicule tout-terrain sur un terrain rocailleux.

Wired fournit d’autres précisions en exclusivité sur la future console.

La PS5 intégrera un processeur basé sur la gamme Ryzen d’AMD, ainsi qu’un coprocesseur graphique (GPU) basé sur la puce Navi d’AMD. Ce qui ne surprendra pas les passionnés, puisque NVIDIA n’a pas équipé de console depuis plusieurs générations. Microsoft a fait le même choix.

Le tracé de rayon, la meilleure technique de rendu 3D, mais la plus coûteuse en performances, sera accélérée par le GPU.

Sony abandonne le disque dur traditionnel pour équiper la PS5 d’un SSD, ce qui évitera aux développeurs d’avoir recours à des bidouilles, telles que dupliquer certains actifs du jeu pour obtenir des performances acceptables.

Les jeux seront fournis sur des disques optiques d’une capacité de 100 gigaoctets, le lecteur étant compatible avec un lecteur Blu-ray 4K.

On ne sera plus obligé d’installer tout un jeu, on pourra se contenter de choisir certains éléments, comme une campagne multijoueur, sans installer la campagne solo, afin de conserver de la place sur le SSD.

L’interface graphique sera entièrement refondue, sans que Sony n’en dévoile plus à ce stade.