Privacy International et 50 autres organisations ont envoyé une lettre ouverte à Sundar Pichai, CEO de Google et d’Alphabet, afin qu’il prenne des mesures contre les logiciels pré-installés sur les appareils Android.

La plupart des partenaires Android, qui utilisent la marque déposée Android, pré-installent des applications sur leurs téléphones.

Elles ne peuvent être ni désinstallées, ni configurées comme les applications du Google Play Store, afin de leur donner ou de leur retirer des autorisations, telles que l’autorisation d’accéder aux contacts ou l’autorisation d’accéder aux informations de géolocalisation.

Ces téléphones sont labélisés « Google Play Protect », alors qu’une étude montre que 91 % d’entre des applications pré-installées ne sont pas proposées sur Google Play.

De nombreuses applications pré-installées passent outre les systèmes d’autorisation et de notification de Google, et les utilisateurs n’ont pas connaissance de ces intrusions majeures.

Notons qu’il s’agit d’une violation directe du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) de l’Union européenne.

Les signataires demandent donc que toute application installée sur un téléphone Android puisse être désinstallée ; que les applications pré-installées soient examinées et validées selon le même protocole que celles du Play Store ; qu’elles proposent des mises à jour systématiques ; et que Google refuse de certifier tout appareil qui ne répond pas à ces exigences de la vie privée, quand des fabricants ou des vendeurs ont tenté d’exploiter les données des utilisateurs sans leur consentement.

Google ne s’est pas manifesté, et l’on ne sait pas dans quelle mesure il est difficile de réviser les contrats.

Les demandes nous semblent raisonnables et mériter la signature de la pétition.