Facebook déteste la future version du système d’exploitation iOS d’Apple, iOS 14, car celle-ci demandera à ses utilisateurs s’ils acceptent que Facebook exploite un identifiant lié à l’appareil à des fins de ciblage publicitaire (IDFA, identifiant pour les annonceurs).

Une transparence fort louable d’Apple, à qui l’on peut toutefois reprocher une extrême hypocrisie : quand la transparence n’est pas dans son intérêt, comme de rappeler à ses clients qu’elle perçoit une taxe de 30 % sur tous leurs achats dans l’App Store, ou qu’elle supprime les applis à la demande du parti communiste chinois, Apple supprime ou interdit toute transparence pour ses clients.

Facebook n’a pas l’intention d’attendre les réponses des propriétaires d’iPhones, et a donc décidé de ne plus collecter l’IDFA.

D’après elle, cette décision va gravement impacter la capacité des éditeurs et des développeurs à gagner de l’argent avec son réseau publicitaire Audience Network sur iOS 14, puisqu’il sera plus difficile de proposer des publicités ciblées aux utilisateurs. Ces dernières rapportent plus que les publicités non ciblées, puisqu’elles sont plus efficaces.

Facebook prévoit des revenus jusqu’à 50 % inférieurs à ce qu’ils étaient jusqu’à présent, ce qui pourrait être catastrophique pour les 19 000 éditeurs et développeurs dans le monde qui vivent grâce à son réseau publicitaire, et qui sont généralement des très petites entreprises.

Un avertissement qui ne semble pas émouvoir les investisseurs : les augmentations des cours des actions de Facebook, Apple, Netflix, Google, Amazon et Microsoft constituent la majeure partie des augmentations des cours de Bourse cette année.