Sony Computer Entertainment America vient de signer un accord avec la Federal Trade Commission (FTC, l’agence indépendante du gouvernement des États-Unis qui fait appliquer le droit de la consommation et des pratiques commerciales) concernant sa console de jeux portable PlayStation Vita.

L’entreprise reconnaît avoir utilisé des publicités mensongères sur des technologies « changeant la donne » dans les jeux vidéo, lors de la campagne de lancement aux États-Unis fin 2011-début 2012.

Sony avait notamment affirmé qu’il serait possible de jouer à des jeux PlayStation 3 à distance, et que les utilisateurs pourraient utiliser la compatibilité multiplateforme pour commencer par jouer sur une PlayStation 3 et finir la partie sur une PS Vita, et que les utilisateurs de la PS Vita 3G pourraient jouer à plusieurs.

Dans les faits, un nombre limité de jeux supportait le jeu à distance, et encore moins le passage d’une console à une autre, et il était impossible de jouer à plusieurs.

Du coup, Sony va proposer aux acheteurs de la console soit 25 $ en espèces, soit un bon d’achat de 50 $ sur certains jeux et services.

Parallèlement, la FTC a conclu un accord avec l’agence de publicité Deutsch, qui ne pouvait manquer de savoir que les affirmations étaient mensongères. De plus, de nombreux employés avaient utilisé leurs comptes Twitter personnels pour vanter la console, utilisant le hashtag #gamechanger de la campagne de publicité – à la demande d’un cadre dirigeant, sans mentionner qu’ils travaillaient pour l’agence de publicité.