D’après des ‘personnes proches du dossier‘ Tsinghua Unigroup Ltd aurait offert 23 milliards de dollars (21 milliards d’euros) pour le rachat de Micron Technology Inc, soit une prime de 19,3 % sur le cours de fermeture de lundi.

Micron est l’un des plus gros fabricants de semi-conducteurs aux États-Unis, le seul à y produire des mémoires DRAM, un marché où il est deuxième globalement derrière Samsung, et l’un des fabricants majeurs de disques SSD sous la marque Crucial.

Créée en 1978 à Boise, Idaho, l’entreprise avait un chiffre d’affaires de 16,4 milliards de dollars (environ 14,9 milliards d’euros) lors de l’exercice 2014, 30 000 employés et 13 usines en Chine, États-Unis, Italie, Japon, Malaisie, Singapour et Taïwan.

Le cours de son action a été divisé par deux cette année, d’une part suite à une forte hausse en 2014 grâce au prix montant des mémoires, et à cause du marché toujours en déclin des PC en 2015, principal consommateur de mémoires DRAM.

Micron avait annoncé une baisse de 39 % de ses bénéfices lors du dernier trimestre de l’exercice.

 

Un rachat par une entreprise chinoise pourrait être bloqué par le CFIUS ou Committee on Foreign Investments in the United States (comité des investissements étrangers aux États-Unis), qui décide si une acquisition peut porter atteinte à la sécurité nationale.

 

Tsinghua Unigroup Ltd est le plus grand concepteur chinois de puces. D’après les spécialistes, elle s’intéresse à la propriété intellectuelle de Micron, n’arrivant pas à suffisamment développer la sienne.

Si l’acquisition s’effectuait, elle poursuivrait la vague de concentration du secteur des semi-conducteurs, après le rachat de Broadcom par Avago Technologies en mai pour 37 milliards de dollars, et le rachat d’Altera par Intel pour 15,3 milliards de dollars en juin.

Ce serait aussi la plus grande acquisition d’une entreprise américaine par une entreprise chinoise, après le rachat en 2013 de Smithfield Foods par Shuanghui International pour 7,1 milliards de dollars ; et la plus grande acquisition étrangère d’une entreprise chinoise, après le rachat de Nexen par Cnooc en 2012 pour 15,1 milliards de dollars.