Microsoft a publié les résultats de trois types de tests comparant la consommation d’énergie des navigateurs Web sous Windows 10: un test en environnement contrôlé en laboratoire, les résultats de la télémétrie de dizaines de millions de PC, et le film montrant des navigateurs effectuant en boucle les mêmes actions jusqu’à ce que l’ordinateur s’éteigne à cause de batterie vide.

Test en laboratoire clos

browser-power-consumption-tests

Consommation d’énergie par navigateur

En moyenne, l’utilisateur devrait pouvoir surfer 36 à 53 % de temps en plus que sur un autre navigateur. Un avantage indéniable pour les utilisateurs mobiles. Et qui sont confirmés par des milliards de mesures effectuées sur des millions de PC en situation réelle, et non contrôlé par rapport au premier test:

Télémétrie

browser-power-consumption-telemetry

Consommation moyenne d’énergie

Timelapse

Enfin, dans le dernier test filmé, le PC avec Edge tourne 70 % que celui avec Chrome, 43 % que celui avec Firefox, et 17 % avec Opera.

Des résultats qui n’ont pas du tout plu au sino-norvégien Opera, qui a aussi mis en avant la consommation réduite de son navigateur.

Il a accusé Microsoft de campagne de PR, et de collusion avec des sites technologiques. Ironiquement, il a utilisé le même site critiqué pour lancer sa contre-offensive. Comme toutes les entreprises du secteur, Opera ne se prive pas de contacter les organismes de presse et les sites spécialisés quand elle en a besoin. C’est le travail d’un département de relations média/publique.

Il a accusé les tests de Microsoft de ne pas être équitable, sans apporter de preuves, le seul argument intéressant est que Edge n’est disponible que sous Windows 10 quand Opera est disponible sur plusieurs plateformes.

Or on constate que Microsoft a bien utilisé le mode d’économie d’énergie d’Opera dans son test, alors qu’Opera, dans son contre test, a désactivé les publicités sur son navigateur mais pas sur celui de Microsoft. Les publicités sont parmi les parties les plus consommatrices d’énergie.

S’il faut toujours prendre les tests d’une entreprise avec un grain de sel, car il n’est pas toujours possible de les vérifier en toute indépendance, la missive d’Opera ne convainc pas, et il faudrait présenter des contre-tests sérieux, où chaque navigateur est configuré au mieux, et doit effectuer les mêmes tâches dans les mêmes conditions.

Par ailleurs, les améliorations vantées par Opera ne sont toujours pas intégrées au navigateur standard. On ne le trouve que dans une version développeur.

 

Le navigateur Web de Microsoft est loin d’être parfait. L’entreprise et repartie de zéro, et n’a pas réutilisé le code d’Internet Explorer, afin de partir sur les meilleures bases pour offrir un navigateur moderne avec un excellent support de tous les standards Web.

Revers de la médaille: il manque un grand nombre de fonctionnalités, qui sont standards dans les navigateurs depuis des années: possibilité d’obtenir les n derniers sites visités d’un clic droit sur les flêches avant et arrière, gestion décente des favoris avec structure en arbre, support de plugins, et ainsi de suite.

Fort heureusement, la future version d’Edge livrée avec l’édition anniversaire de Windows 10 cet été, devrait pallier les manques les plus critiques, et faire du navigateur une vraie alternative à ses concurrents.