Apple vient de publier les résultats financiers du deuxième trimestre de son exercice fiscal 2017, se terminant au premier avril.

En glissement annuel, le chiffre d’affaires est en hausse de 4,5 % à 52,9 milliards de dollars, et le résultat net est en hausse de 4,9 % à 11 milliards de dollars (respectivement 48,4 et 10,1 milliards d’euros). Le résultat d’exploitation n’est en hausse que de 1 %.

Le chiffre d’affaires est légèrement inférieur aux prévisions d’Apple, et les deux métriques, ainsi que la prévision d’Apple du chiffre d’affaires du prochain trimestre, sont inférieures aux attentes des analystes financiers. Le cours l’action, à son plus haut historique suite à une augmentation de plus de 25 % en 2017, est actuellement en baisse de près de 2 % avant l’ouverture de la Bourse.

Apple n’a vendu que 50,8 millions d’iPhones, soit 400 000 de moins qu’il y a un an. À en croire Tim Cook, le CEO d’Apple, la faute en incomberait aux rapports, plus tôt et plus nombreux que d’habitude, sur les futurs iPhones, ce qui ferait retarder leurs achats aux clients.

Cette année est particulière, puisque l’on fêtera les dix ans de l’iPhone, et les attentes sont fortes pour le prochain modèle, qui devrait être commercialisé cet automne.

La bonne nouvelle est en revanche le succès de l’iPhone 7 Plus, qui permet à Apple d’augmenter le prix moyen de vente, déjà très élevé, de l’iPhone. Pour la première fois, un modèle Plus, outre un écran plus grand, se distinguait par des fonctionnalités exclusives. Une stratégie qu’Apple va sans doute reprendre pour la prochaine génération de smartphones.

Les ventes d’iPad continuent, comme chaque trimestre depuis plusieurs années, de baisser. Cette fois-ci de 13 % en volume et de 12 % en valeur.

Le renouvellement partiel de la gamme d’ordinateurs, très tardif, paye, avec une hausse des ventes de 4 % en volume et de 14 % en valeur, malgré des critiques pour le moins mitigées sur le dernier Mac Book Pro.

Depuis plusieurs trimestres, Apple met l’accent sur les services (contenus numériques comme applications, vidéos, musique, livres électroniques, services, Apple Pay, Apple Care, etc). Le chiffre d’affaires de ces derniers est en hausse de 18 % au 2e trimestre, et Apple ambitionne de le doubler d’ici 2020.

Enfin les autres produits (AppleTV, Apple Watch, Beats, accessoires) zigzaguent : leur chiffre d’affaires est en hausse de 31 % par rapport à l’an dernier, mais en baisse de 29 % par rapport au trimestre précédent.

Comme prévu, le montant des liquidités d’Apple a dépassé les 250 milliards de dollars pour atteindre 257 milliards. L’entreprise annonce 50 milliards pour de nouveaux rachats d’actions, et un dividende de 63 cent par action.

Sur le trimestre, les rachats d’actions ont compté pour plus de 50 % de la hausse de bénéfice par action. La deuxième moitié est due presque exclusivement à la baisse du taux d’imposition.