En réaction aux nombreuses critiques sur l’exploitation du site de microbloggings pour diffuser des fausses nouvelles, en particulier durant la campagne présidentielle américaine de 2016, Twitter prend des mesures pour limiter le champ d’action des bots informatiques.

De l’aveu même de l’entreprise, plus de 50 000 comptes automatisés russes ont été exploités lors de la campagne.

Un bot informatique est un agent logiciel. Il peut être exploité à des fins néfastes comme les fausses nouvelles, les pourriels, voire pour harceler.

Twitter change son interface de programmation applicative (API), tout comme son client TweetDeck, afin de limiter la capacité d’une personne à lancer des actions coordonnées sur de multiples comptes Twitter.

Ces changements vont nécessiter des modifications dans les applications et les services tiers : Twitter donne aux développeurs jusqu’au 23 mars pour se conformer aux nouvelles règles.

Il est désormais interdit de publier simultanément sur plusieurs comptes des contenus identiques ou très similaires, que la publication soit immédiate ou différée.

Une alternative à cette règle est de retweeter un contenu d’un compte dur un petit nombre de comptes que l’on contrôle directement, sans que l’entreprise ne donne une limite chiffrée.

Il est maintenant interdit d’accomplir des actions simultanées sur plusieurs comptes à la fois : retweeter, suivre, aimer.

La seule exception à ces règles concerne les informations d’intérêt public, comme la météorologie, les urgences, les alertes.

 

Cette réaction très musclée de Twitter ne fait pas l’unanimité. De nombreux politiciens et organisations ont vu leur nombre d’abonnés fondre, sans obtenir de justification ou de détail, Twitter supprimant purement et simplement tout compte jugé suspicieux.

Comme on a déjà pu le constater avec cette entreprise, la qualification de suspicieux est elle-même largement suspicieuse. Nombreux ont été ceux qui ont constaté que leur compte était bloqué parce que suspicieux, presque tout de suite après leur création. Seul moyen de les débloquer : fournir un numéro de téléphone. De la à penser que l’entreprise force presque systématiquement ses utilisateurs à lui fournir un numéro de téléphone…

Les bots informatiques ne sont pas intrinsèquement malicieux. Au contraire, ils peuvent être forts utiles, à des fins d’automatisation et de renforcement, même sur Twitter, comme l’a montré un chercheur de l’USC Information Sciences Institute.

Par exemple, des bots diffusant des conseils d’alimentation et des conseils pour la santé.