Le spécialiste du stockage de documents dans le nuage Dropbox a mis à jour aujourd’hui son formulaire boursier S-1. Ce dernier peut toujours être changé d’ici l’introduction en Bourse (IPO) au Nasdaq.

L’entreprise mettra en vente 26 822 409 actions de classe A, et des actionnaires mettront en vente 9 177 591 actions de classe A. Elle ne recevra aucun fonds issu de la vente des actions des actionnaires.

Elle vise un prix d’introduction de 16 à 18 dollars par action. Dans l’hypothèse haute, l’IPO lui permettra de lever 483 millions de dollars (millions d’euros), auxquels s’ajoutent 100 millions de dollars (81 millions d’euros) de placement privé pour Salesforce Ventures LLC, à un prix par action égal au prix initial.

Au milieu de la fourchette, l’IPO se ferait sur la base d’une valeur d’entreprise de 7,5 milliards de dollars (6,1 milliards d’euros). Ce qui en ferait la plus grande IPO du secteur depuis celle de Snap en 2017, mais bien loin de la valeur d’entreprise de 10 milliards de dollars (8,1 milliards d’euros) lors du dernier tour de financement, en février 2014.

Le succès de l’opération sera scruté par le monde financier, et surtout par les licornes, ces jeunes pousses dont la valeur dépasse le milliard de dollars avant l’introduction en Bourse.

Les actions devraient être échangées sur le Nasdaq, sous le symbole DBX, avant la fin du mois.

Sur 500 millions d’utilisateurs, seul un million souscrit des abonnements payants. Le chiffre d’affaires atteint 1,1 milliard de dollars en 2017, pour 112 millions de pertes – respectivement 894 et 91 millions d’euros.