La jeune pousse allemande Coya a conclu son tour A de financement avec la levée de 30 millions de dollars auprès de Valar Ventures et e.Ventures, deux investisseurs de la première heure.

En 2017, Coya avait levé 10 millions de dollars en investissement d’amorçage de Valar Ventures, e.ventures, La Famiglia et trois investisseurs providentiels allemands.

Basée à Berlin, Coya emploie actuellement 55 personnes.

Avec les nouveaux fonds, la jeune pousse devrait finaliser l’obtention d’une licence d’assureur auprès du régulateur allemand, ce qui va lui permettre de commercialiser cette année ses propres polices d’assurance auprès des 550 millions de citoyens de l’Union Européenne. Son premier produit sera une assurance pour les locataires.

Coya entend se différencier des assureurs traditionnels par une meilleure expérience client avec des technologies propriétaires et l’exploitation de l’intelligence artificielle pour améliorer la transparence, l’accès et le contrôle pour ses membres.

L’entreprise a été cofondée par Andrew Shaw et Sebastián Villarroel, deux anciens de la jeune pousse Kreditech, ainsi que Peter Hagen, ancien directeur général du Vienna Insurance Group, et Thomas Münkel, ancien directeur général de Uniqua Insurance.

Coya se distingue des autres jeunes pousses du secteur en devenant une compagnie d’assurances, alors que Lemonade ou Sherpa vendent les polices d’assureurs tiers. Leur modèle d’affaires est de remplacer les courtiers en assurance, qui sont rémunérés jusqu’à 30 % de la valeur d’un contrat, en empochant une commission fixe bien plus modeste, pour presque 30 % d’économies passées à l’assuré.

La numérisation de l’assurance a débuté il y a plus de dix ans avec des comparateurs de prix comme assurland.com en France, qui est devenu un acteur incontournable du secteur.