La SD Association, en charge de la standardisation des cartes mémoires SD, vient d’adopter la septième version du standard.

Il comprend deux nouveautés.

SD Ultra Capacity

La capacité maximale de stockage des cartes SD passe de deux téraoctets à 128 téraoctets, ce qui devrait satisfaire les besoins pour quelques années, même pour les futurs férus de la vidéo 8K ou les véhicules autonomes.

SD Express

SD Express utilise le bus PCI Express et l’interface NVMe adoptée par les SSD d’entreprise et les SSD les plus rapides. Les taux de transfert atteindraient 985 mégaoctets par seconde, ce qui placerait les cartes SD au même niveau que les meilleurs SSD actuels.

En s’appuyant sur des standards existants, l’association donne aux fabricants de cartes SD un avantage en leur permettant d’utiliser des équipements de test existants et de raccourcir le temps de développement en exploitant des composantes de base de schémas de conceptions déjà éprouvés.

Jusqu’ici, l’expérience montre que les cartes SD n’apprécient guère les réécritures intensives ou régulières. Il faudra donc compter sur des progrès considérables pour que ces cartes soient fiables à de telles vitesses, et l’on serait étonné qu’elles offrent un jour les mêmes garanties de longévité et de réécriture que les SSD d’entreprise.

Ce n’est sans doute pas le but, et la garantie d’un nombre raisonnable de cycles de réécriture serait la bienvenue.