Victoria Grand, vice-présidente en charge de la politique et de la communication à WhatsApp, a annoncé aujourd’hui lors d’un événement à Djakarta, que le service de messagerie allait limiter globalement le nombre de destinataires auxquels un utilisateur peut transférer un message à cinq, afin de lutter contre « la désinformation et les rumeurs. »

Jusqu’ici, la limite s’élevait à 20 personnes ou groupes.

La mise à jour va d’abord être publiée pour Android, puis pour iOS.

Elle était déjà testée en Inde depuis l’été dernier.

1,5 milliard de personnes utilisent le service de messagerie mobile de la filiale de Facebook.

Comme les communications y sont chiffrées de bout en bout, il est difficile de connaître l’origine ou la portée globale de fausses nouvelles, de photographies, de vidéos ou de clips sonores manipulés et sans contexte.

Facebook est particulièrement critiquée en Asie.

On lui reproche de ne pas avoir fait assez pour combattre l’expansion de la violence à Myanmar.

En Inde, Free Basics, qui subventionne l’utilisation de Facebook en offrant un quota de données mobiles par mois, a été banni pour violer la neutralité du net.