En glissement annuel, le chiffre d’affaires d’Intel au quatrième trimestre 2018 est en hausse de 9 % à 18,7 milliards de dollars (16,5 milliards d’euros) et son résultat d’exploitation augmente de 15 % à 6,2 milliards de dollars.

Par division :

Les ventes de la division CCG (Client Computing Group) progressent de 10 % à 9,8 milliards de dollars (8,6 milliards d’euros) grâce à la forte demande pour les ordinateurs puissants et les ordinateurs pour joueurs.

Le chiffre d’affaires cumulé des divisions orientées données est en hausse de 9 % :

  • +9 % pour DCG (Data Center Group) à 6,1 milliards de dollars (5,4 milliards d’euros), en hausse de 9 %, poussé par les ventes aux fournisseurs de nuages et aux équipementiers de réseaux ;
  • -7 % pour IOTG (Internet of Things Group) à 816 millions de dollars (719 millions d’euros) à cause de la cession de Wind River ;
  • +25 % pour NSG (Non-Volatile Memory Solutions Group) à 1,1 milliard de dollars (0,97 milliard d’euros) ;
  • +8 % pour PSG (Programmable Solutions Group) à 612 millions de dollars (540 millions d’euros), également poussé par les ventes aux centres de données et aux opérateurs.

Au final, le chiffre d’affaires est inférieur aux attentes (19 milliards de dollars). Pour le trimestre en cours, les analystes financiers visaient une croissance de 8 % alors que Intel a présenté une perspective de 0 %.

Le cours de l’action d’Intel a chuté suite à l’annonce de ses résultats de près de 7 %.

L’année 2019 s’annonce compliquée pour le deuxième fabricant de semi-conducteurs au monde : le fondeur n’a toujours pas trouvé de CEO, et il est impératif que le process de fabrication 10 nm, en retard de plusieurs années, démarre sur les chapeaux de roues et tienne ses promesses, alors que Intel est de plus en plus menacée sur son cœur de métier par AMD et par les processeurs d’architecture ARM.