Alors que HoloLens 2, la nouvelle génération du casque de réalité augmentée de Microsoft, vient d’être dévoilée au Mobile World Congress à Barcelone, Satya Nadella, CEO de Microsoft, est sur la défensive, et doit défendre un contrat militaire de 479 millions de dollars (environ 422 millions d’euros) qui, d’après certains employés, franchit une ligne.

Dans le cadre de ce contrat, signé en novembre 2018, Microsoft pourrait fournir jusqu’à 100 000 casques HoloLens à l’armée américaine.

L’armée israélienne utiliserait déjà HoloLens, afin d’aider ses commandants à visualiser les champs de bataille, et ses assistants médicaux à consulter avec des docteurs.

Dans une lettre ouverte adressée à Satya Nadella et Brad Smith, président de Microsoft, portant le titre « HoloLens pour le bien, pas pour la guerre », les employés se plaignent de ne pas avoir signé pour développer des armes.

L’objectif déclaré du contrat IVAS est de *

« rapidement développer, tester et produire une plate-forme unique que les soldats puissent utiliser pour se battre, pour s’entraîner et pour se former, qui fournisse une létalité, une mobilité et une conscience situationnelle accrues, nécessaire pour battre nos opposants actuels et futurs. »

Ils distinguent la vente de licences de certaines technologies à l’armée, du développement actif d’armement.

Ils demandent l’annulation du contrat, l’abandon du développement de technologies d’armement, et la création d’un comité indépendant d’éthique.

Pour Nadella, qui a affirmé que le dialogue avec ses employés continuait:

« nous avons décidé de ne pas refuser des technologies à des institutions élues dans des démocraties pour protéger la liberté dont nous jouissons. »

« Il s’agit d’être une entreprise citoyenne responsable dans une démocratie. »

L’an dernier, Smith avait écrit dans un blogue que l’entreprise s’engageait à aider les employés qui ne souhaitaient pas travailler sur des projets spécifiques à trouver une occupation dans d’autres parties de l’entreprise. »

Microsoft n’est de loin, pas la seule entreprise de technologie qui fait face à des dilemmes éthiques quant à leur collaboration avec l’armée. Les employés de Google se sont massivement engagés contre le développement de l’intelligence artificielle à des fins militaires.

 

* Traductions: Le Diligent