La Corée du Nord financerait son programme d’armes de destruction massive grâce à des cyberattaques toujours plus étendues et toujours plus sophistiquées, qui lui auraient rapporté près de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros).

Ce serait la conclusion d’un rapport confidentiel des Nations Unies, fruit de six mois d’enquêtes, rendu au Conseil de Sécurité la semaine dernière, et auquel Reuters a eu accès lundi.

Ce pays aurait aussi continué d’améliorer ses programmes de missiles et ses programmes nucléaires, même s’il n’a pas conduit de test de lancement de missile balistique intercontinental.

Les cyberattaques de la Corée du Nord auraient pour but de voler de l’argent aux institutions financières comme aux échanges de cryptomonnaie et à leurs mineurs.

Le rapport mentionnerait au moins 35 attaques dans 17 pays.

Les cyberattaques sur les cryptomonnaie ont l’avantage inhérent d’une traçabilité limitée et le plus souvent d’une absence totale ou partielle de contrôle par les régulateurs.

Le Conseil de sécurité a imposé des sanctions à la Corée du Nord depuis 2006 afin de l’empêcher de financer son programme de missiles nucléaires balistiques. Ce pays continuerait de violer l’embargo et transporterait par bateau les composants des armes de destruction de masse ainsi que des produits de luxe.