D’après l’agence de presse Reuters, Alibaba Group Holdings Ltd aurait décidé de reporter son projet de cotation secondaire de 15 milliards de dollars sur la Bourse de Hong Kong, à cause de l’agitation politique qui y règne, depuis le rejet d’un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.

Lancer l’opération aujourd’hui pourrait fortement déplaire à Pékin, car elle serait perçue comme un cadeau de taille à Hong Kong : sans doute l’opération la plus grosse de l’année.

D’autant plus que les États-Unis tentent de récupérer politiquement les troubles à Hong Kong, comme une arme dans ses négociations commerciales avec la Chine.

L’index Hang Seng de la Bourse est à son plus bas depuis 7 mois.

Officiellement, cette cotation secondaire – Alibaba est déjà cotée sur le NYSE à New York, serait un moyen de diversifier son accès aux marchés de capitaux, et non une opération critique.

On peut se demander toutefois pourquoi une entreprise censée accumuler chaque trimestre des bénéfices considérables, a besoin de lever 15 milliards de dollars de financement supplémentaire.

Techniquement, la demande de cotation secondaire est confidentielle. Toutefois, d’après les spécialistes, elle était prévue pour début août.

Le délai de la seconde cotation, qui n’est pas une bonne nouvelle pour le HKSE, n’en serait pas une bonne non plus pour Alibaba.

Elle pourrait avantager temporairement ses concurrents cotés en Chine, comme Tencent Holdings et Meituan Dianping : les investisseurs qui devront retirer du capital de ces entreprises en préparation à l’investissement dans cette seconde cotation d’Alibaba, vont reporter ces retraits.