Après des années de résistance, Nike avait finalement succombé aux appels d’Amazon, et lancé conjointement en 2017 un programme pilote de vente directe sur la plateforme de commerce en ligne.

En échange de cette vente directe, Amazon devait supprimer les contrefaçons Nike de sa plateforme, et empêcher les ventes de tiers n’ayant pas reçu d’autorisation de Nike.

Ce programme pilote est abandonné et ne sera pas reconduit.

La nouvelle ne surprendra pas les initiés, puisque John Donahoe, qui a été récemment choisi pour devenir CEO de Nike en janvier 2020, fut CEO de eBay, et est président du conseil d’administration de PayPal.

Nike va donc reprendre son ancienne stratégie, privilégiant ses propres ventes directes, les ventes de ses partenaires, et les ventes des autres distributeurs et commerçants en ligne.

Durant son exercice fiscal terminé au 31 mai 2019, les ventes directes ont représenté environ 30 % de son chiffre d’affaires.

Cette annonce est accueillie par une hausse d’environ 1 % du cours de l’action de Nike.

La décision de Nike n’aura aucun impact sur sa relation avec AWS, dont l’entreprise se sert pour son site web et quelques applications mobiles.

On peut se demander dans quelle mesure Nike était insatisfait des prestations d’Amazon, et si d’autres marques suivront, alors que le géant du commerce en ligne chercher à accentuer sa position dans la mode depuis quelques années.