Sans surprise, Amazon conteste officiellement l’attribution fin octobre du contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure),  d’une valeur pouvant atteindre 10 milliards de dollars, de la défense américaine à Microsoft Azure.

Il s’agit du contrat du Pentagone le plus élevé à ce jour. Portant sur dix ans, mais résiliable plus tôt, il porte sur la création, la maintenance et l’opération d’un nuage informatique privé pour la défense américaine, et la transformation de ses applications en applications pour le nuage.

Dans une déclaration à CNBC, Amazon affirme :*

« De nombreux aspects du processus d’évaluation du Jedi contenaient des lacunes, des erreurs et des préjugés indubitables — et il est important que ces questions soient examinées et corrigées. »

Ce n’est pas la première fois qu’une entreprise se plaint du processus d’attribution du marché. Le contrat aurait dû être attribué.

Oracle, qui comme IBM a été supprimé de la liste des participants au tour d’avant, avait reproché au Pentagone de favoriser Amazon Web Services (AWS).

En août, le Pentagone a annoncé que le ministre de la défense Mark Esper analyserait l’affaire après que le président Donald Trump a mentionné que plusieurs entreprises se seraient plaintes à lui.

Trump déteste Jeff Bezos, CEO d’Amazon et propriétaire du Washington Post, un quotidien national qui n’est en général pas tendre avec le président des États-Unis.

Microsoft n’a pas encore commenté la contestation de son adversaire.

 

* Traduction: Le Diligent