Dell Technologies a publié hier ses résultats du troisième trimestre de son exercice 2020, se terminant au 1er novembre 2019.

En glissement annuel, son chiffre d’affaires augmente de 2 % à 22,84 milliards de dollars (20,76 milliards d’euros), et son résultat net s’élève à 552 millions de dollars (502 millions d’euros), au lieu d’une perte d’un montant presque double au troisième trimestre de son exercice 2019.

Le cours de son action a chuté de 5 % avant l’ouverture du NYSE, et baisse actuellement de 3 %, suite à la conférence téléphonique, durant laquelle son directeur financier, Thomas Sweet, a annoncé que ses nouvelles prévisions de chiffre d’affaires annuel s’échelonnaient maintenant de 91,5 à 92,2 milliards de dollars, au lieu de 92,7 à 94,2 milliards précédemment, et alors que le consensus s’élevait à 93,5 milliards.

En cause, l’incapacité d’Intel à satisfaire la demande de processeurs, qui s’aggrave d’un trimestre sur l’autre et menace maintenant les ventes d’ordinateurs aux entreprises ainsi que les ventes d’ordinateurs haut de gamme pour le grand public, et l’économie chinoise, avec des « vents contraires macroéconomiques », et la diminution de la demande pour les postes de travail, le passage à Windows 10 étant pratiquement terminé.

Par segment : les ventes du Client Solutions Group sont en hausse de 5 % à 11,4 milliards de dollars, dont 9 % de plus sur le marché professionnel et 6 % de moins sur le marché grand public.

Les ventes de l’Infrastructure Solutions Group diminuent de 6 % à 8,4 milliards de dollars, avec une chute de 16 % des ventes de serveurs et d’équipements de réseau, qui n’est pas entièrement contrebalancée par une augmentation de 7 % des revenus du stockage.

Le chiffre d’affaires de VMware est en hausse de 11 % à 2,5 milliards.