En octobre 2019, Samsung Display, une filiale de Samsung Electronics, suspendit l’une de ses deux lignes de production de dalles LCD en Corée du Sud, afin de répondre à la chute de la demande et du surplus de l’offre.

Elle annonça un investissement de 13,1 trillions de wons (9,8 milliards d’euros) sur cinq ans afin de moderniser ses lignes de production pour la technologie point quantique (quantum dot).

Il s’agit d’une nanostructure de semi-conducteurs qui se comporte comme un puits de potentiel qui confine les électrons dans les trois dimensions de l’espace dans une région de la taille de l’ordre de la longueur d’onde des électrons, ce qui lui confère des propriétés proches de celles d’un atome.

L’une des applications de ces points quantiques est l’affichage, chacun affichant une lumière monochromatique rouge, verte ou bleue.

Quand ils sont couplés au rétroéclairage, les points quantiques le convertissent en émission de couleurs de base pures qui améliorent la luminosité et étendent la gamme des couleurs affichables en réduisant les pertes de lumière tout comme la diaphonie des filtres de couleur RVB.

Samsung commercialise des écrans de télévision haut de gamme exploitant cette technologie sous la marque QLED.

Mardi, l’entreprise révèle l’abandon de toute production de dalles LCD, en Corée du Sud comme dans ses deux usines en Chine. Le sort de ces deux dernières n’est pas décidé.

Les commandes en cours seront honorées jusqu’à la fin de l’année.

LG Display, le concurrent sud-coréen de Samsung Display, a averti de la fin de la production domestique de dalles LCD pour les télévisions d’ici la fin de l’année.