Dans son formulaire boursier 8-K du 26 juin, Microsoft annonce un changement stratégique dans ses opérations commerciales, y compris la fermeture de ses magasins physiques.

Ses employés s’occuperont désormais de la vente, de la formation et du soutien technique à distance.

Microsoft continuera d’investir dans ses magasins numériques : sur Microsoft.com, et dans les magasins de Windows et de Xbox.

Cette fermeture globale de tous les magasins – moins d’une centaine – donnera lieu à des charges exceptionnelles de 450 millions de dollars (400 millions d’euros), qui seront enregistrées dans le trimestre en cours, se terminant au 30 juin 2020.

Seuls les emplacements de prestige à Londres, New York, Sidney et Redmond, seront conservés, et imaginés à nouveau pour servir tous les clients.

L’annonce ne surprend pas, mais déçoit.

Une fois encore, comme pour Mixer, son service de streaming qui ferme en juillet, on a l’impression que Microsoft ne se donne pas les moyens de ses ambitions : concurrencer Twitch dans le premier cas, et ne pas laisser tout l’espace à Apple dans le second cas.

Les magasins de Microsoft étaient une vitrine technologique et de prestige, un moyen d’engager les clients et de leur faire découvrir les possibilités des services et des produits du groupe. Ils n’ont jamais eu l’ambition de devenir des magasins rentables.

Ainsi, lors de son ouverture en juillet 2019, le magasin de Londres sur Oxford Street était présenté comme une démonstration de la réinvention de Microsoft par son CEO Satya Nadella.

L’abandon a sans doute été précipité par la pandémie COVID-19, et les obligations de fermer temporairement les magasins.